Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 15:11

Selon la doxa apparue il y a quelques années (de façon contemporaine au mouvement d'autonomisation des sages-femmes vis à vis du corps médical), entendue mille fois et répétée mille fois par la bouche de très nombreuses sages femmes, il y aurait donc deux types de grossesses : les "physios" (pour physiologiques) et les "pathos" (pour pathologiques), donnant issues à deux types d'accouchement : les "physios" et les "pathos".

Les "physios" seraient le domaine réservé des sages-femmes qui exercent le noble art de la maïeutique, tandis que la prise en charge des "pathos" serait dévolue à des médecins spécialistes exerçant quant à eux une discipline "différente": l'obstétrique.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%AFeutique

On sait que la répétition inlassable d'une contre-vérité n'entraîne pas que celle-ci devienne vraie, néanmoins cela contribue grandement à faire croire, en particulier à un public non averti, que comme "il n'y a pas de fumée sans feu", il y a forcément un fond de vérité dans une assertion aussi souvent répétée.

 

GROSSESSE PHYSIO OU PATHO ?

 

TOUTES LES GROSSESSES SONT PHYSIOLOGIQUES.

 

La grossesse c'est à dire la possibilité de porter un bébé se développant à l'intérieur du corps de la mère et se terminant par une "issue de grossesse" c'est à dire la sortie du produit de conception du corps de la mère, est un processus permis par la physiologie c'est à dire par le fonctionnement biologique du corps de la femme.

Il se peut bien sûr que la femme ou plutôt le couple présentent des difficultés qui amènent à solliciter une "aide médicale à la procréation".

Mais quelle que soit l'étendue de l'aide apportée par les soignants et leurs techniques parfois extrêmement sophistiquées, le fait que la grossesse "tienne" et aboutisse à une naissance, reste un processus largement mystérieux, comme reste mystérieux (ou divin selon convictions) l'origine de la vie elle même.

C'est la  physiologie humaine qui permet ces processus de reproduction de l'espèce.

Pour des raisons complexes et en général non parfaitement élucidées, le processus physiologique "normal" ou plutôt "habituel", le plus fréquent, dévie de sa trajectoire laissant apparaître et se développer un certain nombre de difficultés.

Le processus qui fait qu'un mécanisme physiologique se complique et devient pathologique, s'appelle la PHYSIOPATHOLOGIE.

 

IL Y A UN CONTINUUM DE LA PHYSIOLOGIE A LA PATHOLOGIE PAR LE TRUCHEMENT DE LA PHYSIOPATHOLOGIE.

 

Si un certain nombre de déterminants permettent d'établir une probabilité d'apparition d'un phénomène physiopathologique, et qu'il est possible de donner une valeur plus ou moins forte à cette probabilité, c'est à dire à ce risque plus ou moins grand d'un dysfonctionnement dans le processus physiologique, une probabilité reste une probabilité et n'est jamais égale à zéro: il est impossible de prédire avec certitude que le déroulement de la grossesse sera sans difficulté et que l'accouchement sera simple et naturel lui aussi.

 

UN RISQUE RESTE UN RISQUE ET N'EST JAMAIS ÉGAL À ZÉRO.

 

LA GROSSESSE SE TERMINE (LE PLUS SOUVENT) PAR UN ACCOUCHEMENT.

 

La grossesse, qu'elle soit "physio" ou "patho" c'est à dire que la gestation se déroule normalement ou se complique (et ça on  ne le saura avec certitude qu'après), se termine nécessairement par une "issue de grossesse" (sauf malheureux décès de la femme en cours de grossesse).

Lorsque la viabilité fœtale définie par l'OMS est atteinte (22 SA (semaines d'aménorrhée soit environ 4 mois et demi de grossesse) et/ou fœtus d'au moins 500 g), l'issue de grossesse est un accouchement conduisant à une (ou plusieurs) naissance(s). (Avant cette limite il s'agit d'un avortement (fausse-couche) au sens de l'OMS, bien que la législation française actuelle permette l'enregistrement de cette issue de grossesse sans vie dans les registres d'état civil et les livrets de famille, lorsque celle ci survient au delà des limites de terme de l'interruption volontaire de grossesse (14SA))

 

ACCOUCHEMENT PHYSIO OU PATHO ?

 

Tout à fait indépendamment du déroulement de la grossesse, l'accouchement en lui même peut se dérouler de manière "physio" (accouchement spontané par les voies naturelles d'un enfant vivant), ou au contraire, un certain nombre de phénomènes "pathos" peuvent survenir, venant de la mère, du fœtus, ou de la confrontation spécifique entre la présentation fœtale et le bassin maternel qui caractérise le processus d'accouchement par les "voies naturelles" (le bassin maternel, la cavité pelvienne et l'utérus, le vagin, la vulve).

La survenue de difficultés d’accommodation c'est à dire d'adaptation entre les voies naturelles de la femme et la présentation (la tête, le siège, le front, la face...) de son bébé constitue l'essentiel de la dystocie, celle la même qu'il conviendra d'abord de diagnostiquer, puis de corriger pour obtenir la naissance d'un enfant vivant.

L'accouchement sera pratiqué soit par "voie basse" à l'aide éventuelle de manœuvres obstétricales ou d'assistance instrumentale (forceps ou ventouse) ou il sera fait recours à la "voie haute" c'est à dire à la césarienne.

Un certain nombre de difficultés peuvent ensuite survenir lors de la délivrance (issue du placenta après la sortie du bébé) et dans les suites immédiates de l'accouchement.

 

UNE GROSSESSE "PHYSIO" NE SE TERMINE PAS NÉCESSAIREMENT PAR UN ACCOUCHEMENT NATUREL SIMPLE (d'un enfant vivant).

UNE GROSSESSE "PHYSIO" PEUT SE TERMINER PAR UN ACCOUCHEMENT "PATHO", COMME UNE GROSSESSE "PATH" PEUT SE TERMINER PAR UN ACCOUCHEMENT "PHYSIO".

 

Organiser deux filières de soins en matière de grossesse et d'accouchement selon la "physio" et la "patho" n'a donc aucune forme de rationalité médicale.

Au plan médical, l'idée est de proposer à TOUTES les femmes les soins optima car toutes souhaitent une grossesse "physio" et un accouchement "physio" mais surtout elles veulent toutes tenir un joli bébé vivant dans leur bras ! Et l'ensemble des professionnels du secteur le leur souhaite aussi !

 

D'un point de vue strictement gestionnaire, il est plus coûteux d'organiser les soins de manière à ce qu'un risque de faible niveau soit pris en charge extemporanément dans la structure, plutôt que d'organiser les soins selon un moins-disant c'est à dire de considérer que la faible probabilité du risque fait qu'il n'est pas nécessaire d'organiser a priori son éventuelle prise en charge immédiate par la structure.

Le gestionnaire doit pratiquer en permanence un arbitrage entre une organisation complexe et coûteuse qui prendra en charge le risque même faible, et une organisation minimaliste qui sera parfaitement adéquate pour prendre en charge la grande majorité des cas.

Tout est donc fonction de ce qu'on considère comme raisonnable ou souhaitable comme budget à consacrer à un niveau qu'on considère comme raisonnable ou acceptable de risque.

Là est la vraie problématique (entre autres)....

Repost 0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 18:26

Grêve nationale des sages-femmes, interview du Dr Pascale Le Pors, gynécologue-obstétricienne, CH Saint-Malo, le 22 janvier 2014

 

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-des-medecins-s-opposent-au-changement-de-statut-des-sages-femmes-12390.asp?1=1

 

Repost 0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 12:33

Les usines à bébés vues par la Parisienne libérée

 

Repost 0
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 09:39

Lancée en 1991 par l’OMS et l’UNICEF, l’Initiative Hôpital Ami des Bébés (IHAB) est un programme international centré sur les besoins des nouveau-nés.

Son objectif principal est de faire en sorte que les maternités deviennent des centres de soutien à l'allaitement maternel.

Toutes les informations concernant cette initiative se trouvent sur le site:
http://www.amis-des-bebes.fr

Pour être labelisé "ami des bébés" un établissement doit suivre les douze recommandations suivantes:
http://www.amis-des-bebes.fr/pdf/12-recommandations-IHAB.pdf

Les 12 recommandations

En souligné, ce qui concerne les nouveau-nés prématurés ou malades.

1. Adopter une politique d’accueil et d’accompagnement des nouveau-nés et de leur famille formulée par écrit et systématiquement portée à la connaissance de tous les personnels soignants.

2. Donner à tous les personnels soignants les compétences nécessaires pour mettre en oeuvre cette politique.

3. Informer toutes les femmes enceintes des avantages de l’allaitement au sein et de sa pratique. Informer de manière spécifique les femmes enceintes présentant une menace d’accouchement prématuré.

4. Placer le nouveau-né en "peau à peau" avec sa mère immédiatement après la naissance pendant au moins 1 heure et encourager celle-ci à reconnaître quand son bébé est prêt à téter, en proposant de l’aide si besoin, (le "peau à peau" nécessite un contrôle vigilant de la liberté des voies respiratoires du nouveau-né: cf avertissement SHAM, ndlr). Maintenir une proximité maximale entre la mère et le nouveau-né, quand leur état médical le permet. Ceci inclut la majorité des enfants nés dans un contexte de prématurité modérée, c’est-à-dire nés entre 34 et 37semaines d’aménorrhée.

5. Indiquer aux mères qui allaitent comment pratiquer l’allaitement au sein et comment entretenir la lactation si elles se trouvent séparées de leur enfant. Donner aux mères qui n’allaitent pas des informations adaptées sur l’alimentation de leur enfant. Indiquer aux mères comment mettre en route et entretenir la lactation, alors que leur bébé ne peut pas téter et/ou qu’elles se trouvent séparées de lui.

6. Privilégier l’allaitement maternel exclusif en ne donnant aux nouveau-nés allaités aucun aliment ni aucune boisson autre que le lait maternel, sauf indication médicale. Privilégier le lait de la mère, donné cru chaque fois que possible, et privilégier le lait de lactarium si un complément est nécessaire.

7. Laisser le nouveau-né avec sa mère 24h sur 24. Favoriser la proximité de la mère et du bébé, privilégier le contact peau à peau et le considérer comme un soin.

8. Encourager l’alimentation à la demande de l’enfant. Observer le comportement de l’enfant. Débuter les tétées au sein dès que l’enfant est stable (Pas de limitation liée au poids ou à l’âge gestationnel). Réfléchir aux stratégies permettant de progresser vers l’alimentation autonome.

9. Éviter l’utilisation des biberons et des sucettes (ou tétines) pour les enfants allaités. Réserver l’usage des sucettes aux situations particulières (succion non nutritive...)

10. Identifier les associations de soutien à l’allaitement maternel et autres soutiens adaptés, et leur adresser les mères dès leur sortie. Travailler en réseau.

11. Protéger les familles des pressions commerciales en respectant le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel.

12. Pendant le travail et l’accouchement, adopter des pratiques susceptibles de favoriser le lien mère-enfant et un bon démarrage de l’allaitement.


Devenir "amie des bébés"


En France, le label "ami des bébés" est accordé à un établissement qui:

 

- met en œuvre les douze recommandations listées ci-dessus


- ne fait pas la promotion de substituts du lait maternel, biberons et tétines auprès des familles notamment dans le cadre de contrat qu'il pourrait avoir avec l'industrie du lait

 

- a mis en place, depuis plus d'un an, un système de recueil de données sur l'alimentation des nouveau-nés afin de suivre régulièrement ses statistiques d'allaitement, enregistre un taux d'allaitement maternel exclusif de la naissance à la sortie de maternité en progression par rapport aux années antérieures ou supérieur à 75 %

 

- collabore avec les PMI, groupes de mères, généralistes, pédiatres, sages-femmes libérales, associations pour assurer un suivi en dehors de la maternité.

En 2012, 18 maternités en France avaient obtenues le label "ami des bébés". En Ile de France, seule la maternité des Bluets (Paris 12) est "amie des bébés".

http://fr.wikipedia.org/wiki/Initiative_H%C3%B4pital_Ami_des_b%C3%A9b%C3%A9s

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 18:55

 

A la maternité des Lilas, une équipe soudée de médecins, de sages-femmes et de tous-les-autres-que-sans-eux-rien-ne-serait-possible se bat de façon imaginative pour la reconstruction de son outil de travail

 

 

http://www.liberation.fr/societe/2013/06/12/a-cause-de-marisol-touraine-j-accouche-dans-la-rue_910283

 


http://www.youtube.com/watch?v=h-cLeokUWjA


 
La chanson de Catherine Ringer pour la maternité des Lilas:
Repost 0
Published by usagers-des-lilas - dans gestion de la maternité
commenter cet article

Présentation

  • : CHOCS9CUBE
  • CHOCS9CUBE
  • : Le blog du collectif hospitalier pour l'optimisation concertée des soins dans le bassin de vie Montfermeil/ Clichy sous bois , "CHOCS9 cube" est né. CHOCS9cube est une association loi de 1901 dont l'ambition est de mettre en commun toutes les intelligences, sensibilités, imaginations, connaissances et énergies de notre territoire pour soutenir l'hôpital de Montfermeil
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens