Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 08:41

Le 22 juillet 2006, mourait le Dr Jeanne Seebacher.

Ayant fait l'essentiel de sa carrière au sein du département d'anesthésie-réanimation du groupe hospitalier la Pitié-Salpêtrière, elle fut au cours des années 1970 la pionnière en France de l'application de l'anesthésie péridurale pour les accouchements.

Au cours de ses études, elle avait pratiqué ce type d'anesthésie dans d'autres contextes, à l'hôpital Henri-Mondor (Créteil), aux côtés du professeur Pierre Huguenard. En 1974, à l'invitation de son chef de service, le professeur Pierre Viars, qui souhaitait développer cette pratique en obstétrique, Jeanne Seebacher partit se former à l'étranger. Elle se perfectionna auprès du professeur Luc Lecron, à Charleroi (Belgique), puis du professeur Philippe Bromage, à l'université McGill de Montréal (Canada). De retour en France, avec son collègue le docteur Michel Henry, elle entreprit de proposer à toutes les femmes qui le souhaitaient ce moyen d'éviter les douleurs de l'enfantement.

Cette démarche se heurtait, à l'époque, à de très fortes réticences idéologiques, même si la "psychoprophylaxie", mieux connue sous le nom d'"accouchement sans douleur", était souvent pratiquée. Jeanne Seebacher prit soin de ne pas opposer les deux techniques. De même, elle tenait à ce que cette analgésie péridurale puisse être accessible à toutes les femmes qui la souhaitent, dans tous les établissements en particulier dans les établissements publics, à toute heure.

Proposer un traitement efficace de la douleur à toutes les femmes douloureuses en couches, sans considérer qu'il s'agissait de "confort", que "nos grands-mères ont réussi à accoucher sans péridurale" , que la douleur est "normale", "physiologique", voire même qu'elle serait une "douleur imaginaire", fruit de la culture, à laquelle il ne faudrait proposer que des paroles d'encouragement, a été une véritable révolution dans les mentalités mais aussi dans l'organisation des soins en obstétrique, impliquant la disponibilité permanente d'un anesthésiste pour la salle de naissances.

Si le Dr Seebacher a reçu l'appui des responsables de la maternité de la Pitié, elle a eu à affronter l'hostilité d'une partie des obstétriciens et des anesthésistes. "La moitié des patrons d'obstétrique parisiens ont écrit des articles contre la péridurale entre 1975 et 1978", racontait-elle.

La "garde d'obstétrique", qui consiste pour les médecins anesthésistes à poser pendant 24 heures consécutives, des péridurales à toute heure du jour et de la nuit, a été un véritable cauchemar pour bon nombre d'entre eux, certains ont délibérément choisi d'exercer dans un établissement sans maternité pour l'éviter.

Cette révolution aussi bien dans les mentalités que dans l'organisation des soins a pu se concrétiser grâce à la ténacité de pionniers comme le Dr Seebacher et aussi grâce au fait qu'elle a eu lieu à la fin des "trente glorieuses", dans les années 1970-1980 où les caisses publiques étaient suffisamment remplies pour mettre en œuvre ce coûteux projet.

Trente ans plus tard, des gens qui n'étaient pas nés à l'époque, et qui ignorent jusqu'au nom de cette grande dame, vous expliquent avec aplomb, que proposer la péridurale à toutes celles qui la souhaitent (et dont les conditions médicales permettent de l'obtenir) est parfaitement superflu.... discours opportun à l'oreille des "tutelles" à l'heure où il n'y aurait plus d'argent pour faire fonctionner correctement les hôpitaux existants mais toujours suffisamment pour financer les "restructurations" et constructions de mastodontes hospitaliers "concentrés" et deshumanisés....

Repose en paix, Chère Jeanne, il vaut mieux pour toi que tu n'entendes pas la désinformation et les contrevérités ineptes proférées à propos de la formidable technique que tu as grandement contribué à répandre à la grande satisfaction de nombreuses d'entre nous. Merci.

http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2006/07/29/jeanne-seebacher_799613_3382.html#qPWqcRofz626XzV2.99

L'accouchement sans douleur. Histoire d'une révolution oubliée. Marianne Caron- Leumez Jocelyne George Éditions de l'Atelier/ Éditions ouvrières Paris 2004

L'Analgésie péridurale en obstétrique / Jeanne Seebacher, Yves Darbois. Paris 1982 http://www.idref.fr/093548745

Repost 0
Published by V.V. - dans techniques
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 11:17

La technique chirurgicale en urologie a beaucoup évolué au cours de ces dernières années par le développement de la coeliochirurgie, c'est à dire une chirurgie faite sans "ouvrir" le patient.

Depuis 2010, l'ablation du rein (néphrectomie) est réalisée grâce à des trocards mis en place sur le ventre, le rein disséqué est placé dans un sac plastique ad hoc et ensuite extériorisé du corps en élargissant une des incisions de trocard abdominal.

Les lyonnais ont proposé en 2010 d'utiliser le fond du vagin pour extérioriser le rein (et tout autre organe éventuellement). Cela s'appelle pratiquer une "colpotomie postérieure" pour extraire le rein à la fin de l'intervention de néphrectomie coeliochirurgicale.

Le vagin est en règle générale un organe merveilleusement souple qui cicatrise parfaitement et discrètement...

 

Une vidéo sur la néphrectomie coelio-vaginale

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante--b-premiere-chirurgicale--b-nephrectomie-par-voie-vaginale-au-chu-de-lyon-2850.asp?1=1

 

Une vidéo sur la néphrectomie coeliochirurgicale "classique"

http://www.canal-u.tv/video/canal_u_medecine/nephrectomie_gauche_sous_coeliochirurgie.2247

 

 

Un argumentaire en faveur de la diffusion de la technique de néphrectomie coelio-vaginale (si le patient dispose d'un vagin of course)

http://www.urofrance.org/nc/science-et-recherche/base-bibliographique/article/html/la-nephrectomie-laparoscopique-avec-extraction-vaginale-un-vrai-plus-pour-les-patientes.html

 

http://www.medscape.fr/voirarticle/3478565

 

La surenchère attendue:

"Première mondiale à Lyon : une néphrectomie vaginale en ambulatoire" (c'est à dire sans passer même la première nuit post opératoire à l'hôpital: c'est monsieur qui surveille le post-op)

http://www.ammd.lu/actualites/355-premiere-mondiale-a-lyon-une-nephrectomie-vaginale-en-ambulatoire

 

Prochaine étape: la néphrectomie vaginale robotisée à domicile!

 

Repost 0
Published by CHOCS9CUBE - dans techniques
commenter cet article

Présentation

  • : CHOCS9CUBE
  • CHOCS9CUBE
  • : Le blog du collectif hospitalier pour l'optimisation concertée des soins dans le bassin de vie Montfermeil/ Clichy sous bois , "CHOCS9 cube" est né. CHOCS9cube est une association loi de 1901 dont l'ambition est de mettre en commun toutes les intelligences, sensibilités, imaginations, connaissances et énergies de notre territoire pour soutenir l'hôpital de Montfermeil
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens